Café militant : « Ils parlent de paix, mais ils font la guerre : Combattre l’impérialisme ! »

Café militant : « Ils parlent de paix, mais ils font la guerre : Combattre l’impérialisme ! »

Rapport du café militant de Saint-Denis

 

 

L’inquiétude et la recherche de solutions dans un monde capitaliste en pleine crise ont marqué les débats du dernier café militant, devant un nombre de visiteurs importants.

L’introduction à la réunion a dressé un tableau des contradictions croissantes entre impérialistes et de la tendance générale à préparer une guerre mondiale. En témoignent la course à l’armement de nombreux États et la droitisation de leur politique !

Qu’est-ce qui fait qu’après les deux massacres mondiaux du 20ème siècle, se multiplient aujourd’hui les guerres régionales et qu’à nouveau le danger du fascisme et de la guerre généralisée apparaissent ? Toutes les guerres ont-elles pour objectif le pouvoir et la domination du monde ? Une 3ème guerre mondiale est-elle inexorable ? Quelles sont les raisons des guerres et des inégalités sociales ? De méchants gouvernants ? Est-ce que les peuples veulent la guerre ?

 

Le débat et les contributions ont montré le caractère capitaliste-impérialiste des guerres. Les raisons économiques et politiques qui y poussent froidement et même nécessairement. Les peuples de différents pays peuvent avoir été manipulés par le chauvinisme et le nationalisme pendant un temps, mais ce sont ces mêmes peuples qui en paient un lourd tribut. Tout cela au profit des grands groupes capitalistes et de leurs États impérialistes. Ce furent des millions de morts, de blessés et de misère, des destructions, des réfugiés etc. Ce sont les révoltes des soldats, des ouvriers et paysans, la victoire de Révolution des forces socialistes qui ont mis fin aux deux Guerres mondiales ! Il n’y a pas d’instances internationales sur qui on peut compter, mais seulement sur la mobilisation des larges masses.

Aujourd’hui, nous ne devons pas attendre : l’impérialisme et les forces réactionnaires nous mettent devant de nouveaux défis, mais aussi devant de nouvelles possibilités révolutionnaires. Il faut œuvrer ici et maintenant pour un large front anti-impérialiste et anti-fasciste. En lien avec la construction d’un tel front mettre en priorité la nécessité d’un Parti révolutionnaire qui montre l’alternative socialiste au capitalisme en crise. L’UPML a présenté son projet de programme pour contribuer à unifier les prolétaires et les communistes sur la stratégie et la tactique de la révolution. Dans ce sens, de nouveaux liens ont été tissés. Les débats et la coopération continueront !

Les commentaires sont fermés.