Crise du corona virus en France et en Allemagne: Protection de la santé OUI ! Etat d’urgence NON !

Crise du corona virus en France et en Allemagne: Protection de la santé OUI ! Etat d’urgence NON !

En Allemagne différentes mesures sanitaires ont été prises – comme en France – pour ralentir et limiter la propagation du Coronavirus : beaucoup de magasins sont fermés, il faut garder une distance de 1,5 m entre personnes, les rassemblements sont interdits, les sorties en nombre de personnes limités etc. Les länder prennent en plus leurs propres mesures, qui sont les plus drastiques en Bavière, où il y a carrément un couvre-feu. Quitter l’appartement est généralement interdit et n’est autorisé que dans des cas exceptionnels. Ça ressemble fortement à la situation en France : sortie d’une heure, limitée à une distance d’un kilomètre et justifié par l’attestation, contrôles et sanctions fréquentes.

Lundi, 30 mars, sur France inter et sur d’autres chaînes, un professeur Gaudry de l’hôpital Avicenne à Bobigny propose l’intervention des militaires dans le département de Seine-Saint-Denis pour imposer le confinement. Il aurait trop de cas graves dans la région. Bien sûr le confinement se vit différemment pour les couches populaires dans le département le plus peuplé, pour les familles tassés dans les HLM, dans des villes béton sans verdure que pour les couches aisés à Paris, dont une partie en plus s’est sauvée dans leurs maisons secondaires à la campagne. Bien sûr, la rébellion contre cette société est forte dans les cités populaires. Les prolétaires vivent au quotidien les incohérences, contradictions et l’hypocrisie de la bourgeoisie au sujet des mesures de protection sanitaires contre le Corona. Il faut critiquer les comportements à risque parmi nos voisins, mais pourquoi les jardins publics sont-ils fermés. Ils permettent tout à fait de respecter les gestes « barrière » et de survivre lors d’une longue période d’enfermement. On fait payer le manque de préparation et la mauvaise gestion de la crise sanitaire à la population ! La bourgeoisie profite de la situation pour renforcer la droitisation de sa politique, pour restreindre encore plus nos rares droits et libertés que la lutte a pu arracher à la société capitaliste

Ci-dessous un article sur le site rf-news.de informe sur la situation en Allemagne. Résistance contre la droitisation de la politique, contre la militarisation de la société – pour la défense et l’élargissement de nos droits et libertés démocratiques !

Développez et améliorez les mesures de protection de la santé! Abolissez la loi fondamentale et les mesures d’urgence contre-productives!

C’est ce que le MLPD et le citoyen munichois Patrick Ziegler demandent dans une requête urgente qu’ils ont introduite aujourd’hui devant le tribunal administratif bavarois.
Le Parti Marxiste-Léniniste d’Allemagne (MLPD) et plusieurs citoyens ont adressé une demande urgente au Tribunal administratif bavarois :


La requête du cabinet d’avocats Meister et co. indique: « Il n’est nullement mis en doute par le requérant que la limitation de la propagation du coronavirus soit un objectif légitime de haute importance, car il sert à protéger la vie et la santé de l’ensemble de la population. Les candidats reconnaissent donc expressément les mesures appropriées à cet effet et demandent même leur prorogation. »
Ce que l’on reproche c’est la restriction de sortie inadéquate, qui porte atteinte aux droits et libertés démocratiques et a des conséquences nettement négatives : Premièrement, l’exercice de plusieurs droits fondamentaux est restreint ou aboli. Deuxièmement, il n’y a pas de véritable protection de la santé. Troisièmement, des effets négatifs massifs tels que l’augmentation de la violence domestique ou les suicides sont acceptés. Quatrièmement, le principe d’égalité est violé pour des dizaines de milliers de travailleurs, en particulier dans le secteur industriel doit continuer à travailler avec une protection sanitaire inadéquate, où les chaînes d’infection sont maintenues et les travailleurs sont en danger.
En résumé, on peut dire que le fardeau de la crise corona est transféré à la masse de la population, mais que la production capitaliste continue à tout va, au détriment de la santé publique.

Les mesures d’urgence portent entrave à l’exercice de plusieurs droits fondamentaux qui sont considérablement limités. Entre autres, le droit à la liberté générale d’action, la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté de circulation et les droits des partis.
Au lieu de restrictions draconiennes de sortie, la discussion d’experts ainsi que le débat public exigent de plus en plus l’expansion immédiate et généralisée des tests pour déterminer les sources d’infection. Le manque de masques, de respirateurs, de fourniture des désinfectants etc doit être comblé immédiatement.
Éducation intensive de la population. La demande rappelle également que dans des pays comme la Corée du Sud, Taïwan ou Hong Kong, la pandémie de corona a été rapidement surmontée sans couvre-feu.

Le MLPD constate : Tous les partis bourgeois de la CDU / CSU, du SPD, du FDP, des Verts à l’AfD fasciste soutiennent fondamentalement cette voie de démantèlement massif des droits fondamentaux. L’opposition au parlement a complètement disparu dans le nirvana de la panique et de la gestion civile des crises. En revanche, la préservation et l’expansion des droits et libertés démocratiques civiles sont également très importantes pour la lutte contre la pandémie de Corona.
La requête critique également la violation du principe général d’égalité. Parce que le couvre-feu ne s’applique pas à la façon de travailler. Le règlement ne comprend pas de garanties efficaces pour les usines et les bureaux. Des centaines de personnes y travaillent encore en étroite collaboration, souvent sans respecter la distance minimale et sans les précautions d’hygiène nécessaires. Seule la diktat du profit s’applique ici, afin que les entreprises et les banques ne prennent pas de retard dans la crise économique et financière mondiale qui a commencé mi-2018. C’était la protestation des équipes dans les entreprises par laquelle l’arrêt provisoire de la production a pu être obtenu surtout dans l’automobile.

« Nous avons déposé notre requête d’urgence dans un esprit de protection de la santé, des droits civils et des droits des travailleurs », a déclaré Monika Gärtner-Engel du Comité central du MLPD.

www.rf-news.de du 29/03/2020

Les commentaires sont fermés.