Déclaration sur les attaques racistes en Allemagne

Déclaration sur les attaques racistes en Allemagne

Le 20 février 2020, un assassin raciste et fasciste a tué neuf personnes à Hanau et en a gravement blessé plusieurs dizaines d’autres. Nous rendons hommage à Ferhat Unvar, Mercedes Kierpacz, Hamza Kurtović, Fatih Saraçoğlu, Vili Viorel Paun, Sedat Gürbüz, Said Hashemi, Gökhan Gültekin, Kalojan Velkow. Nous exprimons notre plus profonde compassion à tous les parents et ami-e-s des victimes assassinées et aux victimes survivantes de l’attentat. Il a attaqué deux bars à chicha avant de se suicider. À Halle, le 9 octobre, un fasciste, lors d’une attaque antisémite et raciste contre la synagogue et un snack-bar, a tué deux personnes et en a blessé plusieurs autres. En juin 2019, le chef administratif du Land de Hesse, membre de la CDU, a été exécuté d’une balle dans la tête. Le principal accusé était impliqué dans des réseaux nazis et en collaboration avec le NPD (Parti national-démocrate d’Allemagne), un parti néo-nazi allemand. Au cours de la même période, un candidat du FDP a remporté l’élection du chef de gouvernement de Land pour une courte durée grâce à un accord entre le FDP (libéraux) – la CDU (conservateurs) – l’AfD (fascistes). Cet accord en Thuringe – qui visait à expulser Die Linke, le parti réformiste de gauche – a rapidement été dénoncé comme une poignée de main scandaleuse. Mais cela a créé un précédent : Des accords au niveau gouvernemental sont désormais envisageables.1 En raison des manifestations instantanées de dizaines de milliers de personnes, les partis bourgeois ont dû s’abstenir de briser ce tabou pour le moment.

Ces situations révèlent à la fois les tentatives de percée parlementaire et extra-parlementaire du parti fasciste AfD. Cela va de pair avec la légitimation de ses discours. Il n’est pas spécifique à l’Allemagne, mais il est inquiétant de constater que c’est précisément dans ce pays qu’il s’exprime. Cela est dû à la fois à l’histoire de l’impérialisme allemand, à la dictature du fascisme, au génocide des Juifs européens, des Roms et des Sinti, à l’instigation de deux guerres mondiales meurtrières, à la guerre d’anéantissement contre l’Union soviétique, et au poids immense que cet État représente aujourd’hui dans l’Union européenne.

La montée du fascisme et du racisme est commune à de nombreux États dans le monde et reflète une forte tendance. Tendance qui est alimentée par la détérioration de la situation économique, par l’avidité de la bourgeoisie. La destruction progressive des droits démocratiques, la fascisation de l’appareil d’État… Bref, la pression augmente. La lutte constante contre les idées révolutionnaires progressistes signifie que les expressions politiques de cette fureur peuvent se transformer en réaction la plus violente. La bourgeoisie s’en réjouit.

Le climat raciste et empoisonné a reçu une façade démocratique et légale en branchant officiellement la critique sur Daech, sur l’islamisme, mais en alimentant ainsi l’agitation anti-islamique. Les mots du ministre allemand de l’Intérieur sont toujours présents : « La migration est la mère de tous les problèmes » Ceci sont les véritables sources racistes et, au fond, fascistes du problème. C’est sa base première, son caractère premier. Le cœur du fascisme est la stratégie d’extermination völkisch envers tous les « Allemands non sanguinaires », la suppression du mouvement ouvrier révolutionnaire, la haine du socialisme et l’anticommunisme ouvert et agressif. Face à cela, les partis bourgeois défendent l’idée qu’il s’agirait d’une « haine terrible », de « délinquants isolés fous », au mieux de racisme. Ici, il s’agit de minimiser et de dissimuler l’ampleur de la terreur fasciste.

Souvent, ces meurtriers sont présentés comme des loups solitaires opérant seuls. Mais derrière eux, il y a des réseaux fascistes racistes agissant aux niveaux international et national. Le soutien logistique, la diffusion de leurs appels au meurtre et leurs discours de haine systématiques sont portés par des courants fascistes et des organisations clandestines, également sur Internet. La responsabilité commune en réside sur différents niveaux :

* La complicité morale des agitateurs réactionnaires.

* La complicité pratique de la part de l’appareil d’État. Les réseaux néo-nazis ou fascistes bénéficient de la coopération avec les structures de la police, des services de renseignement ou du pouvoir judiciaire. Le scandale du NSU2 en 2011 a révélé une profonde imbrication des assassins nazis avec des parties des services secrets allemands et des parties de l’État allemand.

* Un silence médiatique, mais aussi une mise en valeur et une présence continues de l’AfD dans tous les débats télévisés où sont utilisées des formulations qui suppriment le caractère politique du crime.

* Soutien stratégique : le capital financier allemand considère l’existence de ces groupes et l’influence de leur idéologie comme une contre-assurance en cas de défaillance des interfaces de transmission démocratiques. L’AfD fascisante ou partiellement fasciste et la fascisation croissante sont une option de l’État impérialiste RFA. Lorsque les crises s’intensifieront, lorsque les luttes de classes se développeront largement, lorsque les contradictions des grandes puissances se transformeront en guerres impérialistes, alors les classes dirigeantes voudront recourir à cette forme de dictature de la bourgeoisie – mettre le fascisme au pouvoir.

Nous condamnons ces attaques, et nous condamnons également les complices directs et indirects de ces attaques.

Les seuls qui défendent réellement et fondamentalement les intérêts du peuple, les intérêts des exploités et des opprimés sont ceux qui luttent contre le système impérialiste et capitaliste, le fascisme et la réaction.

Nos pensées vont aux victimes de ces horribles attentats. Ces attaques sont d’autant plus horribles que les familles des victimes et les survivants reçoivent rarement justice. Donnons-leur une voix.

L’ICOR se félicite de la série de manifestations de masse qui ont eu lieu quotidiennement dans de nombreuses villes allemandes depuis les attentats de Hanau. Des dizaines de milliers de personnes non seulement manifestent, mais aussi parlent dans le quartier, au travail et en famille. Les partis bourgeois ont réalisé que leur façon de faire ne fonctionne pas pour le moment et se présentent maintenant hypocritement comme des combattants contre le racisme ! La lutte déterminée contre le développement vers la droite des gouvernements et la tendance fasciste doit être poursuivie sérieusement et beaucoup plus vigoureusement afin de les arrêter et d’ouvrir une perspective prolétarienne et révolutionnaire pour le socialisme.

1 Une situation similaire s’est produite en France en 1998 : Charles Millon, député UDF (centre), a été élu de façon controversée avec les voix de l’extrême droite. La situation a suscité un tollé à l’époque. Aujourd’hui, ce n’est plus un problème.

2 NSU = Nationalsozialistischer Untergrund [clandestinité national-socialiste, groupe terroriste allemand – NdT]

Signataires (en date du 23/3 2020, d’autres signataires sont possibles):

  1. 2 NSU = Nationalsozialistischer Untergrund [clandestinité national-socialiste, groupe terroriste allemand – NdT] ORC Organisation Révolutionnaire du Congo, République démocratique du Congo
  2. MMLPL Moroccan Marxist-Leninist Proletarian Line (Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine)
  3. CPSA (ML) Communist Party of South Africa (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Afrique du Sud (marxistes-léninistes))
  4. PPDS Parti Patriotique Démocratique Socialiste, Tunisie
  5. CPI (ML) Red Star Communist Party of India (Marxist-Leninist) Red Star (Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) Etoile Rouge)
  6. Ranjbaran Hezb-e Ranjbaran-e Iran (Parti prolétarien de l’Iran)
  7. NCP (Mashal) Nepal Communist Party (Mashal) (Parti communiste du Népal (Mashal))
  8. БКП Българска Комунистическа Партия (Parti communiste bulgare)
  9. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie et Herzégovine), Bosnie et Herzégovine
  10. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d’Allemagne)
  11. UCLyon Unité Communiste Lyon, France
  12. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France
  13. BP (NK-T) Bolşevik Parti (Kuzey Kürdistan-Türkiye) (Parti bolchévique (Kurdistan du Nord / Turquie))
  14. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation Communiste de Luxembourg)
  15. MIKSZ Magyar Ifjúság Közösségi Szervezete (Organisation de la Communauté de la Jeunesse Hongroise)
  16. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas
  17. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
  18. KSC-CSSP Komunisticka Strana Cheskoslovenska – Cheskoslovenska Strana Prace (Parti communiste de Tchécoslovaquie – Parti ouvrier tchécoslovaque), République tchèque
  19. TIKB Türkiye İhtilalci Komünistler Birliği (Union de communistes révolutionnaires de Turquie)
  20. TKP-ML Türkiye Komünist Partisi – Marksist-Leninist (Parti communiste de Turquie – marxiste-léniniste)
  21. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement ouvrier), Ukraine
  22. MLP Marksistsko-Leninskaja Platforma (Plate-forme marxiste-léniniste), Russie
  23. PCP (independiente) Partido Comunista Paraguayo (independiente) (Parti communiste Paraguayen (indépendant))
  24. BDP Bloque Democratico Popular (Bloc démocratique populaire), Pérou
  25. PML del Perú Partido Marxista Leninista del Perú (Parti marxiste-léniniste du Pérou)
  26. PC (ML) Partido Comunista (Marxista Leninista) (Parti communiste (marxiste-léniniste)), République Dominicaine
  27. PCR-U Partido Comunista Revolucionario del Uruguay (Parti révolutionnaire communiste d’Uruguay)
  28. CPA/ML Communist Party of Australia (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste))





Les commentaires sont fermés.