Catégorie dans Camarades

Vivent les 150 ans de la Commune (1871 – 2021) :Continuons le combat – pour une société socialiste !

Les Communards, peinture de Diego Rivera
Les Communards de Diego Rivera

Collectif « Vive la Commune de 1871» 

Vivent les 150 ans de la Commune (1871 – 2021) :

Continuons le combat – pour une société socialiste !

L’actualité ne cesse de nous convaincre que nous sommes entrés dans une période de fascisation de l’appareil d’État : État d’urgence, démantèlement des conquêtes sociales et économiques, répression des oppositions légitimes, déploiement policier, … Mais nous n’ignorons pas que les « Forces de cet Ordre » sont au service d’un gouvernement gérant une société capitaliste en déclin qui multiplie les crises.

Malgré les contraintes et la situation lourde de la pandémie, malgré le climat de peur créé après des attentats fascistes, etc., de larges couches populaires se battent, s’opposent, s’insurgent, mais bien souvent sans perspective de rupture avec l’ordre capitaliste. Nous savons qu’une réelle rupture ne peut être portée que par un mouvement communiste.

Lors du 150ème anniversaire de la « Commune de Paris » et des Communes révolutionnaires dans d’autres villes nous aurons l’occasion de relever le drapeau du communisme. La Commune c’est l’exemple vivant d’un « gouvernement de la classe ouvrière » (Karl Marx). Que de transformations accomplies, que de projets prévus qui serviront d’exemples pour toutes les révolutions qui suivront !

Hier, pendant 72 jours, les prolétaires, hommes et femmes, guidés par l’élan révolutionnaire, résisteront au gouvernement bourgeois réfugié à Versailles ainsi qu’à l’armée prussienne assiégeant Paris. Les prolétaires ont pris le pouvoir ! Après le renversement du gouvernement bourgeois, Le peuple se lancera dans de grandes transformations, guidé par ses seuls intérêts de classe et internationalistes. Il dissoudra l’armée permanente et la police et armera tous les citoyens valides (nés en France ou ailleurs) dans la Garde Nationale. Il élira tous les fonctionnaires (juges, administrations, etc) qui seront payés au salaire ouvrier. Il donnera des droits nouveaux aux femmes ; rendra les ateliers et autres entreprises aux travailleurs ; réduira le temps de travail ; bloquera les loyers et les dettes, établira enseignement laïque et gratuit pour tous filles et garçons …

Les femmes, surtout les ouvrières, ont joué un rôle primordial dans la Commune de Paris. En tant que femmes révolutionnaires, elles ont combattu les bourgeois. Elles ont largement contribué à créer une société favorable à l’émancipation des femmes et à l’émancipation de la classe ouvrière. Elles ont combattu l’obscurantisme, pour la libération de l’exploitation et de l’oppression. Pleines de courage, elles ont défendu la Commune sur les barricades, souvent au prix de leur vie. 

Mais nous n’oublions pas l’échec de la Commune lié à l’inexpérience des exploités, peu organisés, peu éclairés par la science socialiste et surtout manquant de son avant-garde communiste, de son Parti révolutionnaire traçant le chemin qui mène au Communisme.

Aujourd’hui, notre société est plus que mûre pour le communisme. Nous avons acquis de multiples expériences depuis 150 ans. Ce qui nous manque à nouveau en France, c’est l’organisation forte qui pourrait guider les prolétaires dans le combat pour leur libération de l’exploitation et de l’oppression capitalistes. Menons campagne militante en liant l’expérience des Communard.e.s aux questions que l’actualité politique nous pose. La Commune vit ! Avec ses leçons, elle est l’avenir !

Que ces 150 ans de la Commune fassent refleurir les drapeaux rouges du 18 Mars, redonnent un nouvel élan à nos forces unies. C’est à portée de main. C’est à nous d’en prendre l’initiative. Renforcer la voix des communistes et l’internationalisme est de notre responsabilité à l’ère où la bourgeoisie internationale développe l’anticommunisme pour nous faire à nouveau régresser vers le fascisme et la guerre. Construisons nos organisations dans la perspective de nous unir pour tracer la voie qui mènera les exploités et les opprimés vers le communisme.

Nous combattons la bourgeoisie aujourd’hui…

…riches de l’héritage des communard.e.s de 1871 –  jusqu’à la victoire.

Rejoignez notre collectif et nos initiatives :

7 mars – Place de la République/ Paris pour la Journée internationale de lutte des femmes
20 mars – Manifestation et célébration à Paris de la prise de pouvoir de la Commune Place du Châtelet 14 h
18 avril – réunion/débat sur la lutte des femmes aujourd’hui et les femmes de la Commune 1er mai – participation à la manifestation de la journée internationale de lutte des travailleurs
29/30 mai – manifestation, réunion-débat et célébration au cimetière du Père Lachaise avec la participation de délégations internationales de l’ICOR

Paris, mars 2021

Membres et signataires actuels du collectif « Vive la Commune de 1871» : 

*Amis de l’ICOR (Coordination internationale des organisations révolutionnaires)

*Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie (ACTIT)

*Comite Solidarité Pérou (CSP)

*Nouveau Parti Communiste Haïtien (NPCH)

*Union des Populations du Cameroun -Manifeste National pour l’Instauration de la Démocratie (UPC-Manidem),

*Union des travailleurs et de la fraternité des Peuples (Bir-Kar)

*Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste (UPML)

*Union des Femmes Socialistes (SKB)

*Unité Communiste (UC)

Pour plus d’informations : Facebook: Vive la Commune 1871      email : communedeparis150@gmail.com

Résolution ICOR. Solidarité. Contre la vague brutale de répression anticommuniste aux Philippines

Résolution ICOR

Depuis 52 ans, le mouvement révolutionnaire aux Philippines, sous la direction du Parti communiste des Philippines (CPP), mène la lutte justifiée pour la libération nationale et sociale. Le régime fascisant de Duterte aux Philippines agit contre lui avec une terreur croissante, en qualifiant de « terroristes » les organisations de libération et leurs représentants et en les diffamant, en assassinant des représentants de premier plan, en tuant et en persécutant les militants des mouvements pour les droits de l’homme, des femmes et des jeunes ainsi que des syndicats. Avec des méthodes de terreur et une fascisation croissante de l’appareil d’État, le régime Duterte veut réprimer le déclenchement d’une crise qui touche la société dans son ensemble. Mais aux Philippines aussi, la crise économique et financière mondiale s’intensifie en corrélation avec la crise du coronavirus, et la recherche d’une véritable alternative sociale par les masses ne cesse de s’accroître.

La diffamation de la lutte de libération en tant que terroriste est anticommuniste et criminalise les cinq décennies de lutte de libération aux Philippines et la résistance armée du peuple philippin.

Duterte a commencé son règne en déclarant une prétendue guerre aux drogues, ce qui a conduit, sous ce drapeau trompeur, à plus de 30 000 meurtres illégaux et à des dizaines de milliers d’autres arrestations. Par ces méthodes contre-révolutionnaires le gouvernement Duterte tente de réprimer le mouvement de libération et de le faire taire. Juste avant la fin de l’année 2020, neuf militants indigènes ont été assassinés de manière coordonnée et sanguinaire dans la ville de Capiz, sept syndicalistes ont été arrêtés. Au début de son mandat, il a très tôt annoncé qu’il organiserait des négociations de paix avec le NDFP, mais ceux-ci ont été abandonnées en 2017 et, à la place, on a commencé à tuer les communistes en masse. Il est très urgent de renforcer la solidarité internationale contre cette répression anticommuniste agressive.

  • L’ICOR condamne le dénigrement anticommuniste de la lutte de libération des Philippines, du CPP et du NDFP, comme étant terroriste.
  • Elle exige du gouvernement philippin qu’il cesse de violer le droit international et de réprimer la lutte de libération !
  • Elle exige la mise hors la loi internationale du régime Duterte et
  • que les organisations CPP et NPA (New Peoples Army) soient retirées des listes de terroristes des États-Unis, de l’UE, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni.
  • Reprise des négociations de paix entre le gouvernement philippin et le NDFP.
  • La solidarité à l’échelle mondiale avec la lutte du peuple philippin pour la libération nationale et sociale est nécessaire !

Signataires (en date du 02/02 2021, d’autres signataires sont possibles):

  1. PCPCI Parti Communiste Proletarien de Côte d’Ivoire
  2. ORC Organisation Révolutionnaire du Congo, République démocratique du Congo
  3. UPC-Manidem Union des Populations du Cameroun – Manifeste National pour l’Instauration de la Démocratie
  4. CPK Communist Party of Kenya (Parti communiste de Kenya)
  5. MMLPL Moroccan Marxist-Leninist Proletarian Line (Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine)
  6. CPSA (ML) Communist Party of South Africa (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Afrique du Sud (marxistes-léninistes))
  7. PCT Parti Comuniste du Togo
  8. PPDS Parti Patriotique Démocratique Socialiste, Tunisie
  9. MLOA Marxist-Leninist Organization of Afghanistan (Organisation marxiste-léniniste d’Afghanistan)
  10. CPB Communist Party of Bangladesh (Parti communiste du Bangladesh)
  11. CPI (ML) Red Star Communist Party of India (Marxist-Leninist) Red Star (Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) Etoile Rouge)
  12. Ranjbaran Hezb-e Ranjbaran-e Iran (Parti prolétarien de l’Iran)
  13. NCP (Mashal) Nepal Communist Party (Mashal) (Parti communiste du Népal (Mashal))
  14. PPRF Patriotic Peoples Republican Front of Nepal (Front républicain du peuple patriotique du Népal)
  15. NDMLP New-Democratic Marxist-Leninist Party (Parti marxiste-léniniste de démocratie nouvelle), Sri Lanka
  16. CPA/ML Communist Party of Australia (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste))
  17. БКП Българска Комунистическа Партия (Parti communiste bulgare)
  18. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie et Herzégovine)
  19. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d’Allemagne)
  20. UCLyon Unité Communiste Lyon, France
  21. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France
  22. BP (NK-T) Bolşevik Parti (Kuzey Kürdistan-Türkiye) (Parti bolchévique (Kurdistan du Nord / Turquie))
  23. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation Communiste de Luxembourg)
  24. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas
  25. UMLP União Marxista-Leninista Portuguesa (Union marxiste-léniniste portugaise)
  26. RMP Российская маоистская партия (Rossijskaya maoistskaya partiya) (Parti maoïste russe)
  27. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
  28. MLKP Marksist Leninist Komünist Parti Türkiye / Kürdistan (Parti marxiste-léniniste communiste Turquie / Kurdistan)
  29. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement ouvrier), Ukraine
  30. PCC-M Partido Comunista de Colombia – Maoista (Parti communiste de Colombie – maoïste)
  31. PCP (independiente) Partido Comunista Paraguayo (independiente) (Parti communiste Paraguayen (indépendant))
  32. BDP Bloque Democratico Popular (Bloc démocratique populaire), Pérou
  33. PC (ML) Partido Comunista (Marxista Leninista) (Parti communiste (marxiste-léniniste)), République Dominicaine
  34. PCR-U Partido Comunista Revolucionario del Uruguay (Parti révolutionnaire communiste d’Uruguay)
  35. PS-GdT Plataforma Socialista – Golpe de Timón (Plate forme Socialiste – Changement de direction), Vénézuela

Grandpuits réunit ses soutiens : soyons massivement présents les 7 et 9 février !

Le vendredi 5 au soir se tenait une réunion du comité de soutien de Grandpuits à l’appel des grévistes. Différents soutiens et secteurs en lutte étaient présents pour préparer les échéances des 7 et 9 février en soutien à Grandpuits, mais aussi pour discuter de la nécessité de coordonner les secteurs.

Paul Morao

« L’objectif de la réunion c’est de faire un point sur la situation à Grandpuits, et en même temps c’était important pour nous que d’autres boîtes soient présentes car c’est fondamental pour nous de se coordonner. » Sur Zoom hier soir, Adrien Cornet de la CGT Grandpuits introduit la réunion du comité de soutien, appelée par les grévistes lors de leur dernière assemblée générale. Pour l’occasion, une quarantaine de personnes sont réunies, mêlant secteurs en lutte, syndicalistes et militants politiques.

Après un mois de grève, le raffineur commence par revenir sur le conflit, en déclinant l’historique de la lutte et sa structuration auto-organisée. Rapidement il laisse place aux boîtes en lutte présentes pour qu’elles présentent leur combat. « On est en grève reconductible. Beaucoup de jeunes se battent. Au départ ils voulaient licencier 120, aujourd’hui on est à 25. Notre objectif c’est 0 licenciements, tant qu’il y aura des licenciements on continuera la grève » commence par expliquer Dominique Spinali de la CGT Verallia, une entreprise en lutte depuis bientôt trois mois. Même intransigeance du côté de Toray. « On a eu un PSE concernant 10% du personnel avec 40 postes supprimés dont 29 licenciements. On a immédiatement lancé une grève illimitée à partir du 8 octobre en cassant le calendrier patronal et revendiquant 0 licenciement » raconte Timothée Esprit.

Une combativité que l’on retrouve dans l’intervention de Nadir Hadjali, de la CGT de la Centrale de Gardanne en lutte et de Anasse Kazib, qui évoque le combat des agents de l’Infrapôle SNCF Paris Nord. Pour les militants et grévistes, il est important de travailler à la coordination et de lier leurs combats. « En octobre on avait l’impression d’être les seuls à se bagarrer pour 0 suppressions d’emploi. Donc ça a été un peu dur de se retrouver isolés. Et c’est pour ça que je trouve la réunion intéressante, car il faut que les ouvriers se mobilisent ensemble et pas de façon isolée, sinon ils vont s’attaquer à nous les uns après les autres » note Timothée Esprit de la CGT Toray.

Sébastien, gréviste de Grandpuits abonde sur cette nécessité de se coordonner et d’aller chercher du soutien. « J’ai jamais vu autant de soutiens, et j’espère que ça va permettre à tous les corps de métier de prendre conscience que c’est nous qui produisons les richesses, et que si nous on bosse pas ils ont pas d’argent qui rentre. Et ça c’est un des plus gros rapports de force qu’on puisse leur imposer. Comme un mec de Monoprix avait dit eux ont les milliards, nous on a le nombre. » note le raffineur, membre du comité de grève.

Pour Grandpuits, la possibilité de se coordonner s’articule avec la nécessité de réussir les prochaines échéances. En effet, le 9 février se tiendra le dernier CSE Central où les syndicats sont appelés à rendre leur avis sur le PSE. Dans cette période charnière, les raffineurs entendent continuer à augmenter la pression et organisent deux grands rassemblements de solidarité. « Le 7 février Il y a un atelier cirque et Audrey Vernon qui viendra jouer un condensé de son futur spectacle. Ce sera la 1ère représentation théâtrale depuis le Covid. » raconte Sébastien. « C’est une journée festive pour fêter les 1 mois de grève avec un barbecue solidaire le midi. » complète Camille, intermittente du spectacle et militante au NPA qui a participé à l’organisation.

« Mardi c’est direction la Défense, tous les soutiens sont les bienvenus » rajoute Sébastien. Différents soutiens interviennent pour insister sur l’importance que constituerait une victoire de Grandpuits dans la période. Bénédicte Monville, élue EELV au conseil régional d’Ile-de-France, et Béa, prof à Provins et syndicaliste SUD Educ évoquent la nécessité d’étendre le mouvement et proposent quelques suggestions pour étendre la lutte mais aussi élargir les soutiens. Les syndicalistes de SUD PTT 92, de Renault Lardy précisent qu’ils seront présents. Vincent de PSA Mulhouse ne pourra pas être là mais fait tourner une caisse de grève dans sa région….

La quarantaine de soutiens se quitte en prenant rendez-vous pour un nouveau comité de soutien. Une chose est sûre, il faudra être massivement présents les 7 et 9 février et diffuser largement ces échéances pour entourer les Grandpuits de notre solidarité. Leur combat est exemplaire et ils ont besoin de nous pour aller jusqu’au bout, faire plier Total et aller chercher la victoire.

Pour un FRONT antifasciste

Mettons fin au nouveau cycle de violences fascistes à Lyon.

Vertuis Aucun commentaire

Communiqué commun.

Rassemblement le 20 – 12 à 14h, esplanade de Croix-Rousse.

La ville de Lyon a été le témoin depuis près de 10 ans d’une montée en puissance des violences fascistes à Lyon : agressions racistes, LGBTphobes, contre des militantes syndicalistes, associatifs ou politiques, ou de simples passant dont la tenue était associés par leurs auteurs à “la gauche”, attaques ou dégradation de locaux politiques, associatifs, de lieux de cultes (mosquée, synagogues) ont eu lieu ces dernières années.

Si la fermeture du bastion social, local fasciste, a représenté un coup d’arrêt à ces violences, celles-ci ont repris depuis l’été avec une nouvelle vigueur : incendie de mosquées, saccage du restaurant “le tonton burger”, menace contre les locaux du PCF… Et la dernière en date : l’agression très violente de 2 bénévoles d’une association d’entraide, à l’issue d’une collecte de jouets pour les fêtes de fin d’année, devant la librairie libertaire la plume noire où elle avait lieu, ce samedi 12 décembre 2020.

Les locaux fascistes, tels que la Traboule, local de Génération identitaire ou l’Agogé, salle de boxe de la même organisation, servent de lieu d’organisation à une mouvance tente d’imposer par la violence et la terreur contre les minorités et le mouvement social son projet politique.

Suite à cette violente agression en date, nous entendons réaffirmer le refus de la violence d’extrême droite à Lyon, qui s’exerce contre les minorités, les bénévoles associatifs qui ne correspondent pas à leur
vision du monde, et le mouvement social et progressiste.

Nous appelons à nous rassembler ce dimanche 20 décembre à 14 h, sur l’esplanade de la Croix Rousse, en haut de la montée de la grande côte. Nous continuerons d’exiger des pouvoir publics la fermeture des locaux fascistes !
Il est grand temps de reconstruire un front unitaire sur la lutte contre l’extrême-droite à Lyon.

Premiers Signataires : Union communiste Libertaire, Solidaires Rhône, Union Départementale CGT 69, Union Départementale CNT 69, Planning Familial du Rhône, Jeune Garde Lyon, Unité Communiste, Mouvement National Lycéen…

Être révolutionnaire n’est pas un crime : Solidarité avec les camarades accusés dans le procès de Munich !

Le 28 juillet prochain, dans le procès sur le TKP/ML (Parti Communiste de Turquie/ML), le tribunal de Munich/Allemagne va rendre son jugement sur les révolutionnaires de Turquie. Lors d’une opération dans toute l’Europe, dirigée par l’Allemagne , en 2015 contre le TKP/ML, 10 révolutionnaires dirigeants de l’ATiK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe) avaient été arrêtés en France, en Suisse, en Grèce et en Allemagne. On ne reproche rien de criminel aux accusés, seulement leur appartenance au TKP/ML qui, selon Erdogan serait une « organisation terroriste ».

Cette action a mis une fois de plus en évidence la profonde collaboration entre les États impérialistes européens et le gouvernement fasciste du président turc Erdogan, au niveau économique et politique jusqu’au niveau juridique.
Mardi 28 juillet, une manifestation à Munich exprimera la résistance et la solidarité contre la répression et l’anticommunisme. Des délégations de différents pays européens sont également attendues. Dans le même temps, des rassemblements sont prévus devant les consulats allemands du monde entier.
De nombreuses organisations appellent à la solidarité contre l’oppression politique et juridique.
Protestations et résistances doivent renforcer la construction du Front Uni international contre le fascisme et la guerre initié par l’ICOR * et l’ILPS **.

L’Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste a signé l’appel à une large unité d’action en Allemagne et au niveau international. Si vous souhaitez signer également, adressez-vous à contact-upml@riseup.net et à la coordination de l’ICOR en Europe coordinationeurope@yahoo.co.uk

Appel : Solidarité avec les camarades accusés dans le procès de Munich

Le 28 juillet, dans le procès du TKP/ML, le tribunal de Munich va rendre son jugement sur des révolutionnaires de Turquie. Le tribunal veut prononcer un détestable jugement scandaleux!
Nous exigeons l’acquittement de tous les accusés et la liberté de Müslüm Elma
Lors du procès qui dure depuis quatre ans accusant de «terrorisme» dix militants révolutionnaires turque devant le tribunal régional supérieur de Munich, le bureau du procureur de la République a exigé des punitions draconiennes.
Les accusés ne sont même pas accusés de crimes concrets, mais seulement d’appartenance ou d’être des « chefs de file » du TKP / ML, ce qui n’est pas interdit en Allemagne. Il s’agit donc de juger plus leur état d’esprit et leur organisation révolutionnaires! Le parquet fédéral souhaite qu’ils soient punis de peines de prison allant de trois ans et six mois à six ans et neuf mois. Si neuf accusés depuis 4 ans sur dix ont été libérés, ils devraient tout de même retourner en prison.
En raison de l’accusation construite de soi-disant « chef de file » d’une telle association, le principal accusé Müslüm Elma est le seul qui est toujours en détention après cinq ans et près de trois mois.
Dans les plaidoiries et les déclarations finales des accusés, la procédure d’accusation par la justice bourgeoise a été exposée comme étant une manœuvre anticommuniste, utilisée pour protéger le régime fasciste d’Erdoğan dans sa lutte contre les forces révolutionnaires et le mouvement de libération kurde, mais aussi pour criminaliser l’idéologie communiste de liberté.
Müslüm Elma a souligné dans son discours de clôture devant le tribunal le 29 juin 2020
«Nous venons de la tradition de la résistance. L’accusation de ‘terrorisme’ est l’un des plus grands mensonges des 20e et 21e siècles, que les voleurs impérialistes et leurs collaborateurs ont rassemblés pour cacher les crimes qu’ils ont commis contre les peuples opprimés du monde et pour diffamer leur lutte légitime. Mais tous ces mensonges ne pourront empêcher la disparition des impérialistes. Nous sommes des révolutionnaires internationalistes … vous ne pouvez pas nous juger … « 
Ces paroles claires de Müslüm sont une preuve supplémentaire du moral élevé et de la volonté indomptable de tous les accusés de rejeter l’accusation calomnieuse et construite de terrorisme et de montrer la collaboration de l’impérialisme allemand avec le terrorisme d’État de l’État turc.
Mais pourquoi cette persécution acharnée contre desopposants turcs?
D’une part, c’est une faveur du gouvernement fédéral, complice du régime Erdoğan. Le tribunal de Munich n’est pas intéressé par le fait qu’une partie importante des «preuves» a été apportée par les services secrets turcs par le biais d’espionnage illégal. Pas intéressé non plus qu’Erdogan a établi un régime fasciste, envahi Efrin (en Syrie) en violation du droit international, a occupé des parties du Rojava et récemment bombardé des colonies kurdes et yézidies dans le nord de l’Irak.


Ce procès est un instrument pour renforcer le développement droitier en Allemagne.
Il s’agit explicitement d’une procédure pilote anticommuniste, qui, basée sur l’interdiction du KPD (Parti Communiste d’Allemagne) en 1956, vise à aider à criminaliser l’activité révolutionnaire. Un jugement modèle qui vise à créer de nouvelles opportunités d’accuser les syndicalistes, les grévistes, les antifascistes, les militants écologistes, les militants de gauche et les révolutionnaires et – s’ils ne sont pas allemands les expulser. Comme déjà dit, ce ne sont pas pour des actes précis qu’ils sont inculpés ici, mais bien pour leur état d’esprit.
Ce processus est lié à l’extension de lois d’exception adoptées en 1968 : étendre la répression étatique, par exemple à travers la nouvelle loi sur les tâches de la police, et exploiter actuellement la pandémie du corona pour réduire les droits politiques démocratiques et étendre les pouvoirs de la police.
Ce que les dirigeants craignent, c’est notre union.
La crise économique et financière mondiale qui a éclaté en 2018 – aggravée par la crise du corona – aggravera encore les contradictions sociales. Elles mèneront à de nouvelles luttes de masse et à des crises politiques. Le système capitaliste est dépassé depuis longtemps. Le nombre de personnes augmente qui s’y opposent et qui sont dans la lutte contre l’exploitation et l’oppression.
Dans ce contexte, l’union de toutes les forces progressistes est à l’ordre du jour. Ce n’est que par une coopération active, dans la perspective d’un front uni antifasciste et anti-impérialiste, que Müslim Elma formulera à juste titre: «Ce procès ne sera pas conclus dans la salle d’audience, mais dans la rue».
Nous n’accepterons pas une condamnation!
Pour l’acquittement de tous les accusés
Liberté pour Müslüm Elma
Abolition du §129a + b et fin de «l’autorisation de persécution»
Mettre fin à la coopération avec le régime Erdogan par le gouvernement fédéral
– Vive la solidarité internationale


Manifestation le 28 juillet à 10h, jour de prononcé du verdict, devant le tribunal régional supérieur à Munich, Nymphenburgerstrasse


Signataires:
ATİK (Confédération des travailleurs de Turquie en Europe), Rote Hilfe, UPOTUDAK (Comité de solidarité avec les prisonniers politiques internationaux), Alliance internationaliste, ADGB (Plate-forme pour les

Municipales 2020 : Une abstention record démontre une crise institutionnelle qui s’approfondit

Au deuxième tour des municipales – les élections « préférées » en France avec en général le plus de participation – le taux d‘abstention atteint presque 60 %, un record historique ! L’abstention augmente de trois points par rapport au premier tour, qui s’est tenu en pleine crise du corona virus, juste avant le décret de confinement du gouvernement. Au second tour des municipales 2014, plus de 60 % des électeurs s’étaient déplacés pour voter.

Ce taux d’abstention de presque 60 % montre la méfiance voire le rejet des institutions et surtout des partis politiques bourgeois. Dans certaines villes, le taux d’abstention atteint même 70 % (Saint-Denis, 93) voire 90 % (Vénissieux) ! Interviewés, les habitants se disent « oubliés » et dénoncent le spectacle des élections bourgeoises qui ne changerait pas leur vie dégradée.

Les résultats sont aussi une grosse claque au gouvernement Macron/LREM. Il n’a pu conquérir aucune grande ville, mais recule de manière sensible un peut partout. « Rayé de la carte » disent certains commentateurs.

Europe-Ecologie/LesVerts seraient les gagnants de ces élections, avec souvent 15 ou 20 % des électeurs inscrits, pas de quoi se vanter !Ils se trouvent à la tête d’une dizaine de grandes villes et participeront à la gestion d’autres villes dans des alliances de gauche, mais sur justement le niveau de participation faible. Leur succès relatif montre les préoccupations des électeurs concernant la destruction massive de l ‘environnement naturel, mais aussi des illusions d’une partie de l’électorat dans un « capitalisme vert ».

Le Rassemblement national (ex FN) se réjouit de la conquête de la mairie de Perpignan, mais dans l’ensemble du pays, il dégringole ! En 2014, le RN avait comptabilisé 1 438 sièges dans 463 communes. Six ans plus tard, ils n’obtiennent que 840 sièges dans 258 communes. L’abstention à Perpignan a été de 53 % (soit 25 % des inscrits !). Sans compter qu’un tiers des potentiels électeurs ne sont pas inscrits et que les personnes n’ayant pas la nationalité française sont d’avance exclus du droit de vote. On arriverait donc à environ 15 % de voix pour le RN.

Les causes de ce désastre pour les institutions bourgeoises sont à chercher dans les multiples crises qui marquent la société capitaliste, crises économiques et sociales, incapacité à faire face à une crise sanitaire. Cela confirme notre analyse : une opposition croissante avec un courant gauche et anti-capitaliste qui va en se renforçant. C’est le résultat de la montée des luttes de ces dernières années contre divers aspects de la politique gouvernementale – loi travail, inégalités sociales et restriction de la démocratie, retraites, privatisation des services publics, contre le racisme d’État… – Ce qui exprime la volonté de se battre pour « une autre société ». Toutefois l’absence d’une alternative globale à la société capitaliste est un défi pour tous militants révolutionnaires qui luttent pour construire un parti véritablement communiste.

Au Café militant de l’Union Prolétarienne ML à Saint-Denis, fin juin, on a discuté de la nécessité de comprendre comment ce monde évolue et évoluera demain et de la nécessité de s’organiser pour défendre les intérêts des prolétaires. On a appelé à la solidarité avec les prolétaires en lutte et à la solidarité internationale. Une adresse de solidarité a été votée et transmis aux camarades en lutte en France et dans d’autres pays :

Saint-Denis/France, 27 juin 2020

Message de solidarité

Les participants au débat du ‘Café militant’, organisé par l’Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste et les Amis de l’ICOR à Saint-Denis en région parisienne/France,expriment leur solidarité avec tous les travailleur.se.s menacé.e.s par la crise économique capitaliste – dans l’automobile, dans l’aéronautique, dans les services publics, dans le secteur du tourisme – en France et partout dans le monde !

Sous le prétexte de la crise du corona, les capitalistes veulent prolonger le temps de travail, précariser et flexibiliser encore plus, baisser les salaires. Cela ne préservera pas nos emplois – ils veulent encore plus nous exploiter ! Résistance !

Sous le prétexte de la crise du corona, les gouvernements un peu partout limitent encore plus nos quelques droits et libertés démocratiques et renforcent la répression par l’État pour limiter voire empêcher nos protestations. Résistance !

Nous saluons toutes les courageuses initiatives d’opposition.

Nous sommes solidaires des luttes dans les hôpitaux, chez Renault et PSA en France, chez Airfrance et Lufthansa… Soutien à la grève acharnée depuis mai dernier chez Nissan Barcelone/ Espagne où 20 000 emplois (l’usine Nissan et ses fournisseurs) sont menacés.

Nos revendications de classe contre ceux des capitalistes :

– Lutte pour chaque poste de travail !

– Création de postes par une réduction du temps de travail !

– Hausse des salaires !

– Défense de nos droits et libertés syndicaux et démocratiques ! Contre la répression par l’État !

– Pour un monde libérée d’exploitation et d’oppression !

Vive la solidarité internationale ! Prolétaires de tous les pays – unissez-vous !

Contact: contact-upml@riseup.net

« La tendance à une crise touchant toute la société… »

source : Rote Fahne (Drapeau Rouge), magazine du MLPD no. 12 du 4 juin 2020

Le management de la crise du COVID-19 suscite toujours beaucoup de questions. Le danger de crise sanitaire a-t-il été exagéré par les autorités – ou sous estimé ? L’Allemagne, a-t-elle mieux gérée la crise, vu le nombre de cas largement inférieurs à la France avec une population plus importante ? Que faut-il penser des manifestations contre les mesures sanitaires en Allemagne et dans d’autres pays. Quels sont les liens avec la crise économique ? Quels effets auront les milliards de subventions versées ? Qu’est-ce qui nourrit les luttes massives qui éclatent aux États Unis, en Afrique du sud, en Amérique latine et quels sont leurs perspectives ?

Nous publions ci-dessous une intervention en fin mai à l’occasion des « manifestations du lundi »1, de S. Engel, ancien président du Parti marxiste-léniniste d’Allemagne et aujourd’hui à la tête du travail théorique du Parti2. Elle démontre les liens, les arrière fonds, les évolutions et les potentialités des crises.

Cher.e.s habitant.e.s de Gelsenkirchen, cher.e.s manifestant.e.s du lundi, cher.e.s camarades,
Aujourd’hui, je veux parler de la gestion des crises par le gouvernement et également des diverses manifestations. Quel problème avons-nous actuellement en Allemagne? Le problème est qu’une nouvelle crise économique et financière mondiale a commencé à la mi-2018. Au début, celle-ci s’est développée relativement lentement car les banques centrales inondaient systématiquement les marchés avec de l’argent bon marché. Contrairement à l’Allemagne, une inflation galopante et de graves difficultés de paiement se sont produites dans certains pays – par exemple en Turquie ou en Argentine – qui se sont transformés en un danger aigu de faillite d’État. Depuis 2018, la production industrielle, y compris en Allemagne, a diminué de mois en mois. L’activité d’investissement et les exportations ont été affectées.

Face à la crise économique et financière, le gouvernement décide de ne rien faire

Cette crise économique et financière mondiale existait déjà avant le début de la crise du corona. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre une pandémie en janvier. Dans cette situation, le gouvernement fédéral a délibérément décidé de ne pas prendre d’autres mesures. À cette époque, le ministre fédéral de la Santé Spahn a minimisé la pandémie qui commençait, tout comme le premier ministre Johnson en Grande-Bretagne, ainsi que les présidents Trump aux États-Unis et Bolsonaro au Brésil. En conséquence, des milliers de personnes ont été rapidement infectées dans ces pays; le coronavirus a pu se propager presque sans entrave. Ce n’est qu’avec des mesures radicales à un stade ultérieur qu’il pourrait être empêché de se propager encore plus.

Mais comment gagner la population à des mesures aussi radicales?

Il est intéressant de noter que le ministère fédéral de l’Intérieur, et non le ministère de la Santé, a dirigé la gestion fédérale de la crise qui s’est alors installée. Le ministre de l’Intérieur Seehofer a déclaré dans un document – on l’a appris en avril – que dans cette situation, la population devrait d’abord être « choquée ». Il faudrait lui faire peur pour créer une base pour l’acceptation des mesures drastiques. Les premières actions de la gestion de crise allemande ont d’abord consisté dans le fait que des informations quotidiennes et des programmes spéciaux, des talk-shows et des conférences de presse étaient diffusés en direct à la radio et à la télévision: avec des prévisions d’horreur drastiques. Les médias étaient relativement alignés dans cette situation. Au début, le gouvernement – selon ses propres déclarations – a obtenu plus de 90% d’approbation de ses mesures.
Pourquoi cela a-t-il été fait? Parce que le gouvernement a mis en place un programme qui, sous le prétexte de contenir la propagation du coronavirus visait principalement à manipuler systématique de l’opinion publique. La première allégation était que la crise économique avait été déclenchée par le coronavirus. Mais ce n’est pas le cas. La crise économique existait déjà et a été soudainement exacerbée par la coïncidence avec la crise du corona. Le gouvernement et les médias bourgeois ont voulu faire comprendre aux gens que cela n’était nullement dû au système économique capitaliste, qui est régulièrement en crise, mais au corona virus. Personne n’était responsable, alors tout le monde devait rester solidaire et dès lors s’activer ensemble.
Pour briser la chaîne d’infection, les gens étaient strictement restreintes non seulement dans leur liberté de déplacement, mais – sans aucun bénéfice pour la protection de la santé – dans leurs droits et libertés démocratiques. Toute manifestation de rue était interdite. Vous vous souvenez que la direction du DGB (la fédération des syndicats, ndlt) a même annulé avec une obéissance anticipée les manifestations et les rassemblements du 1er mai. Le MLPD et les ‘manifestations du lundi’ ont fait en sorte que des actions combatives ont eu lieu quand même dans plus de 100 villes.

Le gouvernement n’a pas mis en œuvre les mesures de protection sanitaire nécessaires

Cependant, le gouvernement n’a pas mis en œuvre les mesures de protection sanitaire de masse les plus importantes qui auraient été nécessaires. En premier lieu, cela aurait été des tests massifs et réguliers de la population, deuxièmement une réglementation stricte de la distance et troisièmement une protection buccale raisonnable pour tout le monde. Et pas seulement un masque pour la bouche et le nez qui n’offre qu’une protection limitée, mais des masques FFP2 et FFP3 pour une réelle protection. Le gouvernement n’était pas en mesure de le faire. Et pourquoi? Parce qu’il avait rejeté tous les avertissements de l’OMS concernant la préparation à une pandémie. Dès 2012, l’OMS avait prédit que de telles pandémies pourraient survenir et avait précisé à quoi devrait ressembler la prévention des crises.

Cependant, le gouvernement n’avait pas de masques de protection du tout, même pas assez pour le personnel hospitalier et les infirmières. Il ne pouvait pas faire livrer ces choses d’Asie aussi rapidement parce que tout le monde commandait maintenant de tels masques.

Masques, testes – mensonges et scandales

Donc, le mensonge a été répandu sans plus tarder que l’on n’aurait pas besoin de masques de protection. Mme Merkel les appelait à l’époque des « nids de virus ».

Le deuxième scandale est que jusqu’à récemment, vous n’aviez pas eu droit aux tests, et vous ne l’avez maintenant que dans une mesure limitée, si vous ne présentez aucun symptôme ou si vous n’avez eu aucun contact avec des personnes infectées. Mais ceux qui ont des symptômes sont très contagieux depuis au moins cinq jours. Cela signifie que les gens se déplacent pendant cinq jours, infectant leur famille ou leurs collègues de travail sans le savoir. Il y a maintenant plus d’un million de possibilités par semaine pour se faire tester en Allemagne!

Seul un peu moins d’un tiers est utilisé. Et pourquoi plus de tests ne sont-ils pas effectués? Parce que le gouvernement fédéral n’a pas pu s’entendre avec les sociétés d’assurance-maladie depuis trois mois sur qui devrait payer pour ces tests. Il a pas fallu moins qu’une semaine pour mettre en place un paquet de mille milliards d’euros pour subventionner en particulier la grande industrie. Le versement des dividendes de VW suffirait à elle seule à payer l’intégralité du test. Bref, il y avait bien trop peu de mesures efficaces de protection pour la santé.

Le miracle d’avril ?

En même temps, il y eût une « prophétie »: en avril, l’économie redémarrerait parce que nous aurions le Corona sous contrôle. Vous plaisantez? Au contraire – l’économie a continué à décliner en avril et mai. En avril, on avait déjà fait appel au chômage technique pour 10 millions de personnes et plus de 500 000 avaient perdu leur emploi. Aujourd’hui, une entreprise sur cinq en Allemagne a annoncé des suppressions d’emplois.
Nous connaissons la crise économique et financière mondiale la plus profonde depuis 1929! Rien qu’aux États-Unis, deuxième partenaire économique de l’Allemagne, le chômage devrait atteindre 30%. La Chine a également été prise dans le tourbillon de la crise économique mondiale. Pour la première fois depuis 40 ans, l’évolution économique y a été négative au premier trimestre. 70 millions de personnes seraient au chômage en Chine. En outre, les salaires et traitements ont été réduits.
Afin de stabiliser l’économie contre sa chute libre, des programmes de relance massifs ont été mis en place dans tous les pays du monde pour stimuler l’investissement et la consommation. Cela peut

atténuer temporairement les conséquences négatives et les contradictions – mais cela n’aidera pas, aussi facilement que prétendu, de sortir de la crise économique et financière mondiale. Avec une sage prévoyance, Wolfgang Schäuble3 a prédit: « L’Europe fait l’expérience d’un marasme économique sans précédent de notre vivant, et on ne peut faire qu’une estimation rudimentaire des distorsions que cela entraînera pour nos sociétés. »
Plus le développement économique négatif dure, plus le chômage total et partiel sont répandus, plus le ressentiment sera grand. L’approbation des mesures gouvernementales est en baisse depuis plusieurs semaines. Surtout, parce que le gouvernement se contredit constamment et que de plus en plus de gens sentent que la crise ne fait que commencer maintenant.

Entre-temps, la gestion de crise est entrée un peu dans la crise elle-même.

Pourquoi? Car il s’avère que la situation économique ne se résorbe pas simplement. Il est désormais admis que la crise se poursuivra pendant un certain temps – certains disent qu’elle durera tout l’été, certains même jusqu’à la fin de 2023. Bref: personne n’y voit clair vraiment.

Et un autre miracle en mai ?

Début mai, les gens se sont frottés les yeux de stupeur: le gouvernement est soudainement passé de la gestion de crise prudente à l’euphorie et à la détente. Le contexte était qu’au même moment, l’Association fédérale de l’industrie allemande (BDI) exigeait en termes péremptoires la levée des restrictions d’ici la fin mai. Ceci malgré le fait que 12000 personnes étaient officiellement malades à l’époque et que ce nombre était nettement plus élevé qu’en mars lorsque les mesures drastiques ont été introduites. Une simple directive du BDI montre qui est le vrai gouvernement en Allemagne. Le gouvernement fédéral dépense des milliards d’euros pour les monopoles, mais aussi beaucoup d’argent pour que les gens restent calmes. Quel genre de gestion scientifique de crises est-ce là ?!
Mais le gouvernement doit également mettre un frein aux subventions et à un moment donné, la question se pose de savoir qui devrait réellement payer pour tous ces bienfaits.
Le gouvernement fédéral a modifié la réglementation des prestations de chômage partiel. Elle l’a fait pour rassurer les ouvriers qui ont le plus protesté contre la gestion de crise. Ils exigeaient également une protection sanitaire décisive dans les entreprises. Les travailleurs ont précisé que s’il n’était pas possible de se tenir à distance au travail, les usines pourraient devoir être fermées pour protéger la santé des travailleurs et de leurs familles.


Chômage et pauvreté progressent

En même temps, il y a déjà beaucoup de gens qui sont vraiment appauvris maintenant. Parce que ni les personnes recevant le ‘Hartz IV’4, ni les retraités n’ont reçu plus d’argent quand les banques alimentaires ont été fermées. Certaines petites entreprises ou les indépendants ont reçu une aide d’urgence. Mais cela ne suffit pas longtemps non plus! Et pourquoi les personnes avec le ‘Hartz IV’, les retraités, les parents isolés, en particulier les femmes avec enfants et d’autres qui en ont vraiment besoin, ne reçoivent-ils pas une aide adéquate? Même ceux qui sont au chômage partiel pendant quelques mois peuvent à peine joindre les deux bouts! Au sein de la CDU (parti conservateur, ndlt), il y avait même des voix pour abaisser le salaire minimum et suspendre l’augmentation du taux Hartz IV pour cette année, afin que l’endettement étatique n’augmente pas incommensurablement.
Pendant des mois, les enfants et les adolescents n’ont pas vu leurs camarades et tout le monde a manqué de contacts sociaux. En particulier, les femmes en télétravail, qui aident leurs enfants à suivre les cours à la maison, se trouvent dans une rude épreuve. De nombreuses entreprises ont rapidement réduit leurs postes en alternance. La non-embauche des apprentis après la formation atteindra un nouveau niveau record cette année. Les jeunes terminé leurs formations ne sont pas embauchés et souvent aucun stagiaire n’est embauché. Cela semble être le moyen le moins cher et le plus «élégant» de licencier des personnes ou de supprimer des emplois et des stages. Compte tenu de la détente croissante et du prétendu «retour à la normalité», la population devrait oublier toutes ces crises sociales.

Tout va bien !

Tout de suite, les médias changent de ton. Tout à coup, tout va bien. Les gens peuvent descendre dans la rue, les magasins sont maintenant ouverts, le tourisme est autorisé et les réunions devraient également être possibles dans une certaine mesure.

Mais les ‘clusters’ ne doivent pas être oubliés: ce sont les dortoirs, dans lesquels six à huit personnes, pour la plupart des travailleurs intérimaires de différents pays, sont entassées dans une seule pièce. C’est l’industrie de la viande et ce sont les hôpitaux, ce sont des établissements de soins et des logements pour les demandeurs d’asile. Les gens sont toujours infectés dans ces endroits parce qu’ils n’ont pas de masques de protection et ne peuvent pas garder la distance recommandée. Dans certains cas, ils ne sont même pas instruits sur les risques.

Le gouvernement coincé

Le principal problème est que les mesures visant à contenir la pandémie du corona s’opposent directement à la reprise économique – et vice versa. La crise corona et la crise économique et financière mondiale sont donc –- deux choses différentes. On peut penser que – d’un point de vue mondial – elles peuvent interagir de sorte que, dans quelques mois, une crise sociale globale du système impérialiste mondial se développera.

Premièrement, les programmes nationaux de crise n’agissent que dans une mesure très limitée. Dans la production internationale d’aujourd’hui, essayer de stimuler la production en Allemagne est inutile si, par exemple, les deux tiers des pièces détachées pour automobiles ne sont pas livrées depuis d’autres pays. Il est également inutile de produire ici à tout va si le marché mondial s’effondre de telle manière. Il est illusoire de maîtriser la crise économique et financière mondiale actuelle avec des programmes nationaux de crise. Il est tout aussi illusoire de penser que la pandémie du Covid-19 peut être surmontée avec des mesures nationales si elle continue de croître de façon exponentielle dans le monde entier.
Deuxièmement, de nombreux experts économiques ont manifestement l’illusion que la crise du corona a déclenché la crise économique. Ceci n’est pas le cas. Certains économistes commencent à ne pas suivre les discours onctueux des experts économiques et parlent eux-mêmes d’une crise économique et financière mondiale et admettent que le développement économique négatif était déjà présent avant la crise du corona. Jusqu’à présent, ce sont encore des voix isolées. Tout compte fait, les bases d’une gestion de crise efficace font défaut !

Le potentiel d’une crise politique mondiale


Il se peut qu’une crise politique mondiale profonde se profile, comme jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans une telle crise, des luttes et des grèves de masse éclateront, des combats de rue et de brutales violences policières contre les masses s’ensuivront. Un tel développement se produit déjà en Amérique latine ou en Afrique. Là-bas, la faim se développe parmi des millions de personnes. Il n’y a pas de système de santé ou social pour les masses qui fonctionne, les tests n’existent pas. Le corona virus se propage de plus en plus dans le monde. On a affaire maintenant officiellement à plus de cinq millions de personnes infectées dans le monde. D’un point de vue mondial, nous sommes au début de la pandémie et non à la fin!
Le mélange des crises économiques, politiques, écologiques, sociales, idéologiques et une crise de la faim est le terreau sur lequel une fermentation révolutionnaire peut se développer.

Les travailleurs en première ligne


Face à cette évolution des crises, les luttes des travailleurs et des masses vont se renforcer de manière significative. Les ouvriers ont déjà été en première ligne dans les manifestations au cours des derniers mois. Ainsi, par exemple, quand en Allemagne, lorsque toute la vie publique a été réduite, les ouvriers industriels devaient continuer à produire sans protection. Les ouvriers qui auparavant ont participé à la Conférence internationale des travailleurs de l’automobile en Afrique du Sud ont joué un rôle de premier plan dans l’organisation d’un 1er mai militant : aux Philippines, au Brésil, en Afrique du Sud, en Allemagne et en Italie également. Environ 900 000 travailleurs se sont mis en grève autour du 1er mai – malgré le confinement ! Un autre point fort ont été les célébrations du 8 mai à l’occasion du 75e

anniversaire de la victoire sur le fascisme hitlérien. Partout, ce sont les militants ouvriers, les femmes et les jeunes – et les marxistes-léninistes – qui ont été à l’avant-garde de la lutte pour les droits et libertés démocratiques.

L’extrême droite fait son apparition


Et soudain, il y a eu des manifestations des forces de droite, de personnes de ‘Pegida’1, de types de l’ AfD2, des partisans des fascistes comme Trump aux États-Unis ou Bolsonaro au Brésil. Ils descendent également dans la rue, mais contre les mesures légitimes de protection de la santé. Ils ne protestent pas contre les restrictions aux droits et libertés démocratiques, mais contre toutes les mesures sanitaires du gouvernement. Ceci est misanthropique et inhumain pour les gens, et met en danger la vie et la santé de millions de personnes dans le monde.

J’appelle tout le monde à protester, mais ne tombez pas dans le piège de ces vociférateurs de droite! Par exemple, ils demandent que les centres de rétention des demandeurs d’asile soient démantelées – mais seulement pour expulser ensuite les réfugiés. Ils n’ont rien contre les personnes âgées qui tombent malades et meurent de Corona, – ce ne serait que de la « sélection naturelle ». C’est une vision fasciste du monde! Nous n’avons rien à voir avec de telles gens. Nous ne sommes pas des misanthropes. Les manifestations de droite – comme Pegida à l’époque – ont été véritablement promues dans des médias comme à la chaîne ntv. Cependant, plus de 80 pour cent de la population en Allemagne s’y opposent clairement, et ces manifestations réactionnaires ont maintenant massivement diminué.
Si nous protestons contre la gestion des crises par le gouvernement, ce n’est pas contre des mesures sanitaires sensées. Surtout, nous critiquons les restrictions aux droits et libertés démocratiques, inutiles en termes de politique de santé et le transfert du fardeau de la crise sur la masse de la population, les travailleurs, les personnes âgées dans les maisons de retraite, les réfugiés dans les maisons des demandeurs d’asile, etc.

Pour une société alternative


Nous devons être conscients que cette année sera encore agitée. C’est pourquoi nous devons maintenir et continuer nos formes de protestation, les ‘manifestations du lundi’ comme expression d’une « conscience sociale », et nous ne devons pas laisser la propagande médiatique nous assombrir. Pensons avec nos têtes et poursuivons nos lundis.
Nous sommes régulièrement dans la rue depuis 2004 et nous avons déjà révélé et accompli beaucoup de choses. Nous continuerons à informer les gens. Et lorsque nous constatons qu’une crise sociale mondiale du système impérialiste mondial se développe, il est grand temps de réfléchir à des alternatives sociétales. Quel système pourri !
Aujourd’hui, l’humanité pourrait faire des choses complètement différentes: vaincre la faim et la pauvreté, prévenir les maladies, protéger activement la santé et donner un avenir à nos jeunes. Mais le capitalisme n’offrira jamais cela! Pour cela, nous avons besoin de changements révolutionnaires et d’un vrai socialisme.
Les ‘manifestations du lundi’ sont un mouvement démocratique et non-lié à un parti. Nous sommes ici parce que nous protestons pour les droits sociaux et démocratiques du mouvement ouvrier, des gens simples, des jeunes. Et nous sommes surtout des internationalistes. Nous sommes contre toute forme de racisme, de fascisme et d’antisémitisme. Notre devise est: Aucune chance à l’anticommunisme, au racisme, à l’antisémitisme et au fascisme! Vive la solidarité internationale!
Prenez votre courage à deux mains! Rejoignez ce mouvement de solidarité et de lutte commune.
Glück auf !7

1Datant déjà de l’époque du RDA, réapparues en 2004 , les « manifestations du lundi » sont un mouvement combatif en Allemagne qui regroupe les militants de différents bords pour discuter des événements sociaux, économiques et politiques et qui organisent la résistance. L’événement se déroule les premiers lundis du mois dans les centres villes autour d’un micro ouvert où tout le monde peut prendre la parole.

2Sous-titres mis par nos soins, ndlt

3Président du Bundestag allemand

4Les lois Hartz IV visent la réduction massive des prestations des chômeurs et la contrainte au travail intérimaire et faiblement rémunéré – ndlt

5 Mouvement d’extrême droite et raciste, en particulier islamophobe, ndlt

6AfD, parti d’extrême droite, Alternative für Deutschland

7 salut des mineurs : ‘Bonne chance et courage !’, ndlt

Appel à – Se fédérer –

Nous sommes nombreuses, nous sommes nombreux : nous sommes tant et tant à penser et éprouver que ce système a fait son temps. Mais nos voix sont dispersées, nos appels cloisonnés, nos pratiques émiettées. Au point que quelquefois nous doutons de nos forces, nous succombons à la détresse de l’impuissance. Certes, parfois cette diffraction a du bon, loin des centralisations et, évidemment, loin des alignements. Il n’empêche : nous avons besoin de nous fédérer. Sans doute plus que jamais au moment où une crise économique, sociale et politique commence de verser sa violence sans faux-semblant : gigantesque et brutale. Si « nous sommes en guerre », c’est bien en guerre sociale. D’ores et déjà les attaques s’abattent, implacables : le chantage à l’emploi, la mise en cause des libertés et des droits, les mensonges et la violence d’État, les intimidations, la répression policière, en particulier dans les quartiers populaires, la surveillance généralisée, la condescendance de classe, les discriminations racistes, les pires indignités faites aux pauvres, aux plus fragiles, aux exilé-es. Pour une partie croissante de la population, les conditions de logement, de santé, d’alimentation, parfois tout simplement de subsistance, sont catastrophiques. Il est plus que temps de retourner le stigmate contre tous les mauvais classements. Ce qui est « extrême », ce sont bien les inégalités vertigineuses, que la crise creuse encore davantage. Ce qui est « extrême », c’est cette violence. Dans ce système, nos vies vaudront toujours moins que leurs profits.

Nous n’avons plus peur des mots pour désigner la réalité de ce qui opprime nos sociétés. Pendant des décennies, « capitalisme » était devenu un mot tabou, renvoyé à une injonction sans alternative, aussi évident que l’air respiré – un air lui-même de plus en plus infecté. Nous mesurons désormais que le capitalocène est bien une ère, destructrice et mortifère, une ère d’atteintes mortelles faites à la Terre et au vivant. L’enjeu ne se loge pas seulement dans un néolibéralisme qu’il faudrait combattre tout en revenant à un capitalisme plus « acceptable », « vert », « social » ou « réformé ». Féroce, le capitalisme ne peut pas être maîtrisé, amendé ou bonifié. Tel un vampire ou un trou noir, il peut tout aspirer. Il n’a pas de morale ; il ne connaît que l’égoïsme et l’autorité ; il n’a pas d’autre principe que celui du profit. Cette logique dévoratrice est cynique et meurtrière, comme l’est tout productivisme effréné. Se fédérer, c’est répondre à cette logique par le collectif, en faire la démonstration par le nombre et assumer une opposition au capitalisme, sans imaginer un seul instant qu’on pourrait passer avec lui des compromis.

Mais nous ne sommes pas seulement, et pas d’abord, des « anti ». Si nous n’avons pas de projet clé en mains, nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à théoriser, penser mais aussi pratiquer des alternatives crédibles et tangibles pour des vies humaines. Nous avons besoin de les mettre en commun. C’est là d’ailleurs ce qui unit ces expériences et ces espérances : les biens communs fondés non sur la possession mais sur l’usage, la justice sociale et l’égale dignité. Les communs sont des ressources et des biens, des actions collectives et des formes de vie. Ils permettent d’aspirer à une vie bonne, en changeant les critères de référence : non plus le marché mais le partage, non plus la concurrence mais la solidarité, non plus la compétition mais le commun. Ces propositions sont solides. Elles offrent de concevoir un monde différent, débarrassé de la course au profit, du temps rentable et des rapports marchands. Il est plus que jamais nécessaire et précieux de les partager, les discuter et les diffuser.

Nous savons encore que cela ne suffira pas : nous avons conscience que la puissance du capital ne laissera jamais s’organiser paisiblement une force collective qui lui est contraire. Nous connaissons la nécessité de l’affrontement. Il est d’autant plus impérieux de nous organiser, de tisser des liens et des solidarités tout aussi bien locales qu’internationales, et de faire de l’auto-organisation comme de l’autonomie de nos actions un principe actif, une patiente et tenace collecte de forces. Cela suppose de populariser toutes les formes de démocratie vraie : brigades de solidarité telles qu’elles se sont multipliées dans les quartiers populaires, assemblées, coopératives intégrales, comités d’action et de décision sur nos lieux de travail et de vie, zones à défendre, communes libres et communaux, communautés critiques, socialisation des moyens de production, des services et des biens… Aujourd’hui les personnels soignants appellent à un mouvement populaire. La perspective est aussi puissante qu’élémentaire : celles et ceux qui travaillent quotidiennement à soigner sont les mieux à même d’établir, avec les collectifs d’usagers et les malades, les besoins quant à la santé publique, sans les managers et experts autoproclamés. L’idée est généralisable. Nous avons légitimité et capacité à décider de nos vies – à décider de ce dont nous avons besoin : l’auto-organisation comme manière de prendre nos affaires en mains. Et la fédération comme contre-pouvoir.

Nous n’avons pas le fétichisme du passé. Mais nous nous souvenons de ce qu’étaient les Fédérés, celles et ceux qui ont voulu, vraiment, changer la vie, lui donner sens et force sous la Commune de Paris. Leurs mouvements, leurs cultures, leurs convictions étaient divers, républicains, marxistes, libertaires et parfois tout cela à la fois. Mais leur courage était le même – et leur « salut commun ». Comme elles et comme eux, nous avons des divergences. Mais comme elles et comme eux, face à l’urgence et à sa gravité, nous pouvons les dépasser, ne pas reconduire d’éternels clivages et faire commune. Une coopérative d’élaborations, d’initiatives et d’actions donnerait plus de puissance à nos pratiques mises en partage. Coordination informelle ou force structurée ? Ce sera à nous d’en décider. Face au discours dominant, aussi insidieux que tentaculaire, nous avons besoin de nous allier, sinon pour le faire taire, du moins pour le contrer. Besoin de nous fédérer pour mettre en pratique une alternative concrète et qui donne à espérer.

Dès que nous aurons rassemblé de premières forces, nous organiserons une rencontre dont nous déciderons évidemment ensemble les modalités.

Pour rejoindre cet appel : appelsefederer@riseup.net

Premières et premiers signataires :

Nicole Abravanel, Étienne Adam, Christophe Aguiton, Omar Aktouf, Dominique Alcalde, Jean-Claude Amara, Anne-Laure Amilhat Szary, Franck Antoine, Sonia Anton, Philippe Arnaud, Emmanuel Arvois, Jacky Assoun, Claude Bailblé, Bernard Baissat, Benjamin Ball, Philippe Banka, Ludivine Bantigny, Philippe Barre, Christophe Baticle, Franc Bardou, Stefan Bekier, Gilbert Belgrano, Olivier Belmontant, Cecilia Benevides, Rémi Bénos, Camille Besombes, Judith Bernard, Alain Bertho, Jacques Bidet, Stéphane Bikialo, Philippe Blanchet, Evelyne Bleu, Françoise Bloch, Christophe Boëte, Pascal Boissel, Françoise Boman, Thierry Borderie, Mathieu Borie, Benoit Borrits, Bernard Bosc, Claude Boucher, Stephen Bouquin, Aïcha Bourad, Leila Bourad, Driss Boussaoud, Jacques Boutault, Sarah Boyé, François Brun, Pascal Buresi, Noëlle Burgi-Golub, Laurent Bussière Saint-André, Marie-Claire Cailletaud, Claude Calame, Jérôme Camus, Cécile Canut, Pépita Car, Jean-Pierre Castex, Jean-Noël Castorio, Aurélien Catin, Thierry Cayot, Marc Cefallo, Christian Celdran, Dominique Cellier, Jean-Marc Cerino, Frédéric Certain, Maureen Chappuit, Bernard Charlot, Luc Chelly, Nara Cladera, Charlotte Cléro, Yves Cohen, Gérald Collas, Hélène Collon, Marie-Agnès Combesque, Jean-Louis Comolli, Antonella Corsani, Annick Coupé, Léon Crémieux, Marcel Cunin, Laurence D., Alain Damasio, Guillaume Davranche, Vincent Debierre, Marielle Debos, Hugues Débotte, Laurence De Cock, Eric Decamps, Stéphanie Dechezelles, Hervé Defalvard, Christian Delacroix, Frédéric Delarue, Jean-René Delépine, Jean-Étienne Delerue, Christine Delphy, Bruno Della Suda, Christian de Montlibert, Robert Descimon, Emmanuel Dessandier, Catherine Deston-Bottin, Rom Desh, Sophie Desrosiers, Michel Defalvard, Serge D’Ignazio, Paul Dirkx, Joss Dray, Marnix Dressen-Vagne, Jean-François Dubost, Frédéric Dufaux, Jean-Michel Dufays, Anne Dufresne, Stéphane Elmadjian, Jean-Paul Engélibert, Didier Epsztajn, Annie Ernaux, Kévin Espinas,  Ignacio Eyraud, Jean-Claude Eyraud, Laurent Eyraud-Chaume, Guillaume Faburel, Patrick Farbiaz, Dimitris Fasfalis, Jean Fauché, Daniel Faugeron, Pascale Fautrier, Mathieu Ferradou, Alexandre Ferran, Mathieu Fernandez, Renaud Fiévet, Yann Fiévet, Gérard Filoche, Sylviane Finucci, Marianne Fischman, Fabrice Flipo, Jeremie Foa, Alain Frappier, Désirée Frappier, Bernard Friot, Karën Fort, Fanny Gallot, Alain Gallucci, Edith Galy, Florent Gaudez, Franck Gaudichaud, Bertrand Geay, Julie Gervais, Jean-Pierre Gesbert, Denis Gheerbrant,  Guy Giani, Pascale Gillot, Pierre-Eliel Girard, Julien Gonthier, Renée Gramaize, Christophe Granger, Lena Grigoriadou, Jannine Guespin, Bernard Giudicelli,  Elie Haddad, Jean-Marie Harribey, Samuel Hayat, Benoît Hazard, Odile Hélier, Leila Hicheri, Thomas Hippler, Maryvonne Holzem, Thierry Huve, Mathias Isimat-Mirin, Magali Jacquemin, Nicole Jacques-Lefèvre, Bruno Jacquin, Daniel Jeanneteau, Sylvain Jay, Samy Johsua, Anne Jollet, Claude Kaiser, Claudine Katz, Jacques Kebadian, Hervé Kern, Marjorie Keters, Pierre Khalfa, Mohamed Khenniche, Jean-Luc Kop, Isabelle Krzywkowski, Anne Kubler, Dominique Labourier, Marc Lacreuse, L’1consolable, Francis Landron, Patrick Lao, Mathilde Larrère, Sylvie Larue, Fabienne Lauret, Ginette Lavigne, Stéphane Lavignotte, Louise Loubrieu, Pascal Le Brun, Michelle Lecolle, Sylvie Le Cocq, Hervé Le Crosnier, Dominique Lefèvre, Corinne Le Fustec, Bernard Lemann, Christophe Lemasson, Romain Le Meur, Alain Lenud, Yann Leredde, Benoît Leroux, Michel Letté, Pascal Liberatore, Wenceslas Lizé, Olivier Long, Camille Louis, Michael Lowy, Raymond Macherel, Fanny Madeline, Christian Mahieux, Chowra Makaremi, Pascal Maillard, Henri Maler, Jean Malifaud, Jean-Claude Mamet, Françoise Maquin, Rémi Marie, Philippe Marlière, Killian Martin, Gilles Martinet, Gustave Massiah, Alain Masson, Christian Maurel, Laurence Maurel, Julie Maurice, Olivier Mayer, Sylvie Mayer, Éliane Meillier, Véronique Melchior, Irène Menahem, Rémi Merindol, Denis Merklen, Henri Mermé, Isabelle Mestre, Valérie Mettais, Stéphane Michot, Noufissa Mikou, Sylvain Milanesi, Jacques Millet, Sylvie  Monchatre, Ana Doldan Montiel, Bénédicte Monville De Secco, José-Luis Moraguès, Corinne Morel-Darleux, Marc Moreigne,  François Mortamet, Mikael Motelica-Heino, Séverin Muller, Alain Munier, Philippe Nabonnand, Claire Nancy, Corinne Nativel, Joël Nayet, Toni Negri,  Olivier Neveux, Jean Noviel, Pierre Odin, Bertrand Ogilvie, Denis Orcel, Cléo Pace, Luca Paltrinieri, Dominique Paturel, Frédéric Paschal, Dolores Pazos, Willy Pelletier, Irène Pereira, Évelyne Perrin, Anita Perez, Elsa Peyronne, Christian Pfohl, Valerie Phelippeau, Nicole Phelouzat, Olivier Piazza, Stéphane Pichelin, Alexandre Pierrepont, Suzanne Piot, Alain Pires, Francky Poiriez,Jacques Pompon, Raphael Porteilla, Emmanuelle Posse, Antoine Poulain, Paul Poulain, Claude Pourcher, Stéfanie Prezioso, Pierre Prim, Claudio Pulgar-Pinaud, Isabelle Quaglia, Yves Quintal, Makan Rafatjou, Marie  Rama-Menahem, Nelly Rintaud, Jacqueline Roche, Daniel Rome, Floréal Romero, Patrick Rossignol, Marc Roudet, Benoît Rougelot, Théo Roumier, Pierre Rousset, Gilles Sabatier, Isabelle Saint-Saëns, Catherine Samary, Kahena Sanaâ, Maria Eleonora Sanna, Gaëlle Santin, Pierre Sauve, Hélène Schneider, Edouard Schoene, Michel Seigneuret, Pinar Selek, Marie Sellier, Alexandre Siguier, Patrick Silberstein, Isabelle Sire, Frédérique Sitri, Camille Six, Alessandro Stella, Benjamin Tauziac, François Ternynck, Jacques Testart, Edwige Thaille, Fanny Thomas, Sylvie Thomas, Lucky Tiphaine,  Vincent Touchaleaume,  Véronique Tribouilloy, Julien Troccaz, François Tronche, Marc Tzwangue, Sixtine van Outryve, Patrick Vassallo, Sarah Vaucelle, Françoise Vergès, Francis Verne, Frédéric Verhaegen, Julien Vigouroux, PierrVila, Bastien Villeflayoux, Pascal Vitte, Elise Voguet, Nicolas Voisin, Christiane Vollaire, Sophie Wauquier, Louis Weber, Roger Winterhalter, Béa Whitaker, Sylvie Wolf, Catherine Wolff, Carole Yerochewski, Isabelle Yhuel, Philippe Zarka, Pierre Zarka, Olivia Zemor, Serge Zetlaoui, Jeanne Zoundjihekpon, Élisabeth Zucker  

Aggiornamento histoire-géo, ACU (Association des communistes unitaires), Association De(s)générations, CAPJPO-Europalestine, Cerises la coopérative, Changer de Cap, Collectif des révolutionnaires, Collectif Droit à la Belle Ville, Collect’IF paille, EcoRev’, Émancipation collective, Ensemble!-PACG 05, Fédération des syndicats SUD-Rail, Gilets jaunes enseignement recherche, Gilets jaunes de Plaine Commune, Jardins Communs, Jarez Solidarités, La Suite du monde, Le Paria, On prend les champs, PEPS (Pour une écologie populaire et sociale), Questions de classe(s), Réseau pour l’Autogestion, les Alternatives, l’Altermondialisme, l’Ecologie, le Féminisme, SUD éducation Loiret, Union prolétarienne ML, Union syndicale Solidaires, Union syndicale SUD Industrie, Unité Communiste de Lyon