Déclaration internationale des coordinatrices de la Conférence mondiale des femmes de la base concernant la Pandémie du Corona

Déclaration internationale des coordinatrices de la Conférence mondiale des femmes de la base concernant la Pandémie du  Corona

L’appel et le catalogue de revendications
du mouvement international des militantes féminines adressées à tous les gouvernements de la pandémie de Corona dans le monde

Nous exigeons une protection –

Nous ne voulons pas d’état d’urgence mais un monde libéré!

Sans nous, les femmes, il n’y a pas de solution à aucun des problèmes urgents de cette époque. Nous, les femmes, nous unissons dans la lutte pour un avenir digne d’être vécu pour toute l’humanité. Nous ne sommes pas d’accord avec la façon dont nous sommes gouvernés. Nous avons appris du passé. La crise économique et financière mondiale de 2008 a apporté des bénéfices aux banques et aux monopoles tandis que le fardeau de la crise a été transféré sur les travailleurs, les femmes et les familles. Avec cet appel international, nous nous élevons. Nous gérons cette crise quotidienne. Nous adressons nos demandes aux gouvernements et aux monopoles. Maintenant !

La pandémie Corona se propage dans nos pays et continents. Il a déjà tué plus de 100 000 personnes dans le monde. Nous pleurons la perte de ces personnes et nous nous sentons connectés à leurs proches. Pourquoi tant de gens doivent-ils mourir ? Parce que le capitalisme a créé une crise sanitaire mondiale et que les systèmes de santé s’effondrent. Il y a un manque de vêtements de protection pour les médecins, les infirmières et les soignants. Il y a un manque de protection pour la population. Les personnes âgées, malades et pauvres ne sont pas traitées. C’est un scandale. Ce qui est déjà terrible pour les pays riches industrialisés, c’est une catastrophe dans les pays pauvres d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et pour les réfugiés. Nous luttons pour un système de santé dans lequel les personnes sont au centre des intérêts.

Nous accusons l’économie capitaliste de profit de faire passer le profit avant les gens. Alors que d’une part la propagation du virus doit être ralentie par des interdictions de contact et des couvre-feux dans le monde entier, les travailleurs des usines industrielles, des usines textiles, doivent continuer à travailler très près les uns des autres.

Nous exigeons dans le monde entier:

Protection étendue des travailleurs de l’industrie textile, des usines industrielles, interdiction des licenciements et licenciements, maintien du paiement des salaires en cas de fermetures d’usines, augmentation des salaires et réduction de s heures de travail avec pleine compensation salariale !

Des vêtements de protection efficaces pour les médecins, les infirmières et le personnel soignant !

Test de masse gratuit de toutes les personnes dans les quartiers où nous vivons!

Expansion immédiate de l’infrastructure médicale!

Création de nouveaux emplois et stages dans le secteur infirmier!

Distribution gratuite de masques de protection et de désinfectants!

Soins et médicaments gratuits pour les malades!

L’argent pour cela doit être pris aux grandes entreprises et aux gigantesques budgets militaires!

Bien que les soi-disant «jeux de simulation» existent depuis longtemps pour préparer les pays à une épidémie, aucun gouvernement au monde n’a pris les précautions appropriées. Tous les gouvernements se trompent, certains dénigrent même la pandémie avec de graves conséquences.

Nous dénonçons ceux qui volent des équipements de protection par égoïsme national, exportent des équipements de protection à des fins lucratives tout en laissant leur propre peuple sans protection, ou débauchent les soignants des pays pauvres.

Nous exigeons une recherche et un développement coordonnés dans le monde entier de vaccins, de médicaments, pour tous! Aucune incitation de personnel qualifié!

La crise actuelle démontre une solidarité transnationale écrasante des travailleurs. Il révèle créativité, inventivité et courage. Les femmes sont au centre de l’organisation de cette vie de crise au quotidien dans le monde: dans les métiers de la prise en charge, dans le commerce, dans les familles. Nous sommes prêts à tout donner pour la vie, nous soutenons les mesures nécessaires à notre santé, mais nous sommes en colère lorsque notre volonté de faire des sacrifices est exploitée pour réduire nos droits et libertés.

Nous exigeons de larges campagnes d’information plutôt que des violences étatiques de la part de l’armée et de la police, des menaces d’arrestation et des avertissements! Nous ne laisserons pas nos droits durement acquis être enlevés! Pas d’exercices sur l’état d’urgence!

Nous condamnons ces mesures!

En raison du couvre-feu, les femmes en Afrique, en Asie et en Amérique latine ne peuvent plus vendre leurs produits, elles n’ont ni argent, ni nourriture – la famine menace les gens dans les régions du monde frappées par la pauvreté. Les femmes migrantes et les réfugiés sont particulièrement touchés dans le monde. Les journaliers, les travailleurs migrants travaillent dans des provinces souvent éloignées de leurs foyers. Les propriétaires de l’usine les ont jetés dans la rue sans salaire, et eux aussi meurent de faim. La police et l’armée sont souvent brutales. Les agriculteurs ne peuvent plus vendre leurs récoltes.

Nous demandons:

Sécurité financière pour les journaliers, les travailleurs migrants et temporaires et pour les petits commerçants!

Acceptation et distribution des produits agricoles par les gouvernements!

Distribution gratuite de nourriture aux familles pauvres des villes et des zones rurales!

De l’eau courante et propre pour chaque foyer!

Des mesures globales pour les plus vulnérables: réfugiés, pauvres, sans-abri!

Dissolution des camps de réfugiés et logement sûr pour eux!

Luttez contre les tentatives racistes de créer la division!

Nous condamnons ces mesures!

Pour la majorité de la population, le couvre-feu signifie en fait vivre ensemble dans un petit espace, sans pratiquement aucune possibilité de pause ou de retraite personnelle. Pas d’école, pas de jardin d’enfants, pas de travail. Cela augmente la violence domestique contre les femmes et les enfants. Les femmes prennent soin de la santé mentale, émotionnelle et physique de tous les membres de la famille sans prêter attention à leurs propres besoins.

Nous demandons:

Interdire toutes les expulsions et saisies

Interdiction de donner au locataire un préavis de résiliation en cas de retard de loyer!

Aides d’État, repas chauds et soins d’urgence aux enfants et aux personnes âgées!

Du matériel pédagogique et pédagogique ainsi qu’une aide aux enfants en cas de fermeture d’écoles!

Information dans les médias pour les victimes de violence!

Aide et mise à disposition de chambres pour l’hébergement des victimes de violences!

Utilisez les réseaux pour interdire la violence sexiste!

Femmes du monde, la crise corona est un défi historique et nous y répondons par un pas historique. À travers les continents, nous nous sommes mis d’accord sur cet appel et ces demandes. La crise Corona révèle une crise systémique. Le capitalisme n’est pas en mesure de nous offrir une vie dans la dignité. Nous prenons donc les choses en main. Aujourd’hui, nous pouvons constater une fois de plus que les femmes sont «essentielles» au système. Et cette prise de conscience nous donne la force de lutter pour nos revendications. Par conséquent, nous devons développer la coopération internationale que nous avons déjà entamée à un niveau supérieur:

Nous renforçons notre solidarité les uns avec les autres et coordonnons nos activités à travers les différences idéologiques en tant que mouvement international.

Nous partageons des formes de lutte telles que les «démonstrations sonores», frappons avec des pots, et en trouvons de nouvelles.

Pour les pays les plus pauvres, un allégement de la dette est nécessaire.

Les monopoles au pouvoir doivent payer pour la crise – pas les larges masses. Cela peut être fait grâce à une taxe spéciale.

Nous devons lutter pour de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés.

Ce n’est que si nous nous organisons que nous deviendrons une force, dans les syndicats, dans les quartiers, dans les associations de femmes. 

Renforcer le mouvement mondial des femmes de la Conférence mondiale des femmes de la base. 

Une grande opportunité pour cela est la Conférence mondiale des femmes de la base en Tunisie à la fin de 2021.

Soyons comme un olivier
enraciné dans la terre
Atteindre le soleil et la force
Personne et rien ne peut nous briser!