Turquie

Vague de répression contre les organisations et institutions socialistes

Dans la nuit du 13 au 14 janvier a eu lieu une nouvelle vague de répression contre des organisations et institutions socialistes en Turquie.

Au moins 48 arrestations sont connues à ce jour. Les locaux de plusieurs alliances progressistes et socialistes ont été fouillés et saccagés. Une opération de police à grande échelle contre plusieurs organisations socialistes en Turquie a commencé dans les trois villes d’Istanbul, Izmir et Diyarbakir. Sont concernés le Parti socialiste des opprimés (ESP), la Fédération socialiste des associations de jeunes (SGDF), ainsi que des associations culturelles, l’agence de presse ETHA (Etkin Haber Ajansı) et le journal Atılım. Ils sont accusés du soutien présumé du MLKP Turquie / Kurdistan, qui est interdit en Turquie.

Les détenus ont été isolés pendant les 24 heures suivantes et ne sont pas autorisés à avoir des contacts avec des avocats. Le mandat d’arrêt du procureur d’Izmir serait fondé sur des déclarations faites par un informateur aux autorités de l’État. Parmi les personnes arrêtées figurent le coprésident à part entière de l’ESP, Özlem Gümüştaş, le député du HDP Sıtkı Güngör, l’employé de l’ETHA Pınar Gayıp et le membre du comité directeur central du Conseil des femmes socialistes (SKM) Satiye Ok.

Des syndicalistes actifs, par exemple du syndicat des dockers Limter-İş, sont également concernés.

Les rédactions de l’agence de presse ETHA et du journal Atılım à Istanbul ont été fouillées et les locaux ont été vandalisés. La police a confisqué des disques durs, des ordinateurs et 6 600 livres turques en espèces. Dans une première réaction, l’agence de presse très respectée ETHA a déclaré: « Même si vous arrêtez tous nos employés et confisquez tous nos ordinateurs et équipements techniques, vous ne pourrez pas faire taire ETHA ou Atılım.« 

L’Union Prolétarienne ML apporte tout son soutien et sa solidarité à la lutte contre le régime fasciste turc